Classe Défense 2021

Article issu de -Nice Matin 

4 MINUTES POUR TOUT COMPRENDRE À L’INSTALLATION D’UNE CLASSE DÉFENSE À MENTON

Dès la rentrée, cette classe de Terminale sera axée sur la compréhension des enjeux géopolitiques et stratégiques, en partenariat avec la Marine nationale et le bâtiment Achéron basé à Toulon.

Une classe défense et sécurité (CDSG) vient d’être créée au sein du lycée polyvalent Pierre et Marie Curie. Une convention vient d’être signée entre les représentants locaux du ministère de l’Éducation nationale, du Ministère de la Défense, et l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), acteurs de ce dispositif.

A qui est destiné ce nouveau dispositif? Quels contenus seront enseignés aux lycéens? Qu’en attendent élèves et institution?

POUR QUI ET POUR QUOI FAIRE?

La classe défense et sécurité globale est un dispositif pédagogique qui concerne un groupe de 1re spécialité Histoire géopolitique géographie sciences politiques. Ce dispositif permettra donc aux élèves, sous la houlette de Bruno Morel, professeur d’Histoire géographie, d’intégrer dès la rentrée cette classe CDSG, et ainsi de continuer leur cursus spécialisé.

En lien avec les programmes scolaires de Terminale, les CDSG doivent contribuer à l’acquisition de connaissances sur la géopolitique, l’histoire et la mémoire, la géographie, la défense et la cyberdéfense.

Grâce à la rencontre avec des militaires, d’active ou de réserve, qui incarnent l’engagement et les valeurs citoyennes, elles forment les jeunes d’aujourd’hui à être les acteurs de demain et des citoyens responsables et engagés dans un monde complexe et instable.

« La classe défense, c’est une classe citoyenne pour former les jeunes, leur faire comprendre les libertés défendues et les valeurs de la République, faire en sorte qu’ils soient plus au fait des spécificités d’un monde de plus en plus complexe », a exposé le proviseur du lycée, Dominique Ramo.

QUELS CONTENUS ÉTUDIÉS ?

Théoriques
Les élèves vont apprendre à analyser les dynamiques des puissances internationales (flottes des puissances militaires, routes maritimes et passages stratégiques, la stratégie chinoise, la puissance des États-Unis, etc…), à étudier les divisions politiques du monde et ses frontières, (le droit de la mer, les frontières internes et externes de l’Union Européenne, frontex et la crise des migrants en Méditerranée…), à appréhender les nouveaux espaces de conquête (océan et espace, affirmer sa puissance à partir des mers et des océans, la dissuasion nucléaire et les forces de projection maritimes, rivalités et coopérations dans le partage, l’exploitation et la préservation des ressources des mers et océans…).

Ils aborderont le thème de « faire la guerre, faire la paix » (dimension politique de la guerre, avec analyse des conflits interétatiques et des enjeux transnationaux, les traités, l’Onu et le modèle de la sécurité collective, le défi de la construction de la paix…) et seront sensibilisés aux enjeux de la connaissance (cyberespace, cyberdéfense, espionnage économique…)

Pratiques
Les lycéens procéderont, si la crise sanitaire le permet, aux visites du bâtiment partenaire l’Achéron, de la base navale de Toulon, ainsi que du musée de la marine et du débarquement et de la libération de Provence.

Ils participeront à une conférence de l’IHEDN, mais aussi à une commémoration (avec le drapeau de la 1re armée française, Rhin et Danube).

Et ce n’est pas tout: découverte des métiers de la Défense au cours du forum des métiers organisé au lycée, avec la venue du Cirfa de Nice, participation au projet Medmun de Sciences Po Menton, intervention du Centre du service national de Nice (module défense), participation au Concours de la Résistance, visite du fort de Sainte-Agnès…

Le programme est chargé.

Nous vous invitons à lire aussi cet article publié dans Nice-Matin ( ICI ).